Epluchette de blé d'Inde 2016

Cette année, l’épluchette de blé d’Inde de Pays Rochelais-Québec s’est déroulée au Château des Granges à Virson, où Colette, Michel et Jacques Briaud nous ont encore accueillis dans ce lieu chargé d’histoire qui a vu pousser nos épis de maïs québécois, sous l’œil vigilent de Jean-Claude Dubois, et sans que les écureuils ne grignotent les semences comme en 2015; les épis sont magnifiques, merci Jean-Claude !.

Une quarantaine de convives, adhérents ou amis de la régionale, a répondu à l’appel, dont un couple de Québécois de passage à La Rochelle; Anand et Micheline, de Saint-Bruno-de-Montarville en Montérégie, ville avec laquelle l’échange intermunicipalités s’est fait cette année, Anand s’occupant ses dernières années des échanges de jeunes. Et si Sophie, installée depuis une quarantaine d’année en Aunis, a perdu son accent au fil des années, n’a jamais oublié ses origines.

L’ambiance fut d’emblée particulièrement sympathique, avec des nouvelles têtes qui découvrent notre association et cette coutume québécoise de fin d’été, et un temps d’échanges avec les « anciens » de PRQ. Ils reviendront nous voir, c’est certain !

Jacques Briaud, l’un des propriétaires, a relaté la longue histoire du Château des Granges, construit au XVème siècle (pour en savoir plus, cliquez ici.

Puis ce fut l’heure d’éplucher, les experts (surtout les Québécois), expliquant aux novices la meilleure technique, et que celui qui trouvait un épi rouge était le roi de la fête, et même qu’on peut faire une jolie fleur en écartant l’enveloppe de l’épi dans la détacher.

Pendant que les épis cuisaient et que Pascal et Alain préparait le barbecue, Marion, notre présidente, assistée de Florence, Jacqueline, Michèle et Josiane, servait Petit-Bec, jus de canneberge ou jus de fruit, et la petite Coralie faisait la jeune fille de la famille en proposant canneberge séchée et biscuits à apéritif (il faut dire qu’elle est une habituée des épluchettes, ayant commencé dès le berceau).

Le repas fut particulièrement convivial et riche en échanges divers.

La journée se termina dans la bonne humeur, avec de savoureuses anecdotes vécues par des Français au Québec tout comme par des Québécois en France. Nous parlons la même langue, mais pas tout à fait, d’où certains quiproquos amusants (les lumières ne sont pas des lampadaires mais les feux de circulation, et les poches charentaises ne sont pas les poches québécoises, quant aux bécosses, il faut deviner que c’est un lieu indispensable…). Et Sophie, nous apprit une chanson que sa mère lui chantait lorsqu’elle était petite, mignonne et un peu coquine.

En conclusion, une fort sympathique journée avec le soleil en prime, et rendez-vous à l’année prochaine !

L'album photos ci-dessous

bouton retour